Espace de Thérapies Emotionnelles

Espace de Thérapies  Emotionnelles

Le développement du cerveau

Le nouveau-né a beaucoup à apprendre et il doit développer de nombreuses fonctions : la station debout, la marche, le langage parlé, l’habileté manuelle, les relations avec autrui, la conscience de soi et des autres, etc. Le développement postnatal du cerveau humain se caractérise par sa longue durée. 15 ans environ sont nécessaires pour que le cerveau atteigne sa taille adulte.

À la naissance, le cerveau de l’enfant dispose d’environ 100 milliards de neurones. Cependant, la plupart ne sont pas encore connectés les uns aux autres. C’est grâce à l’apprentissage que se mettra en place le réseau de neurones qui formera ultimement l’architecture du cerveau. Sa maturation se fera pendant les premières années de vie.

espace de thérapies émotionnelles nicole pierret le développement du cerveau.JPG

Durant cette période, les synapses (connexions) entre les neurones continuent à évoluer et de nouveaux réseaux sont créés. Pendant que l’enfant fait constamment de nouvelles découvertes, de nombreuses connexions se forment, d’autres se renforcent, d’autres s’affaiblissent et certaines disparaissent. Les interactions notamment les soins et les attentions participent au développement du  cerveau de l’enfant. Chaque contact, mouvement et émotion développe les sens et cela induit une activité chimique et électrique, donnant naissance à de nouveaux circuits neuronaux et cognitifs.

Lorsque l’enfant vient au monde, les zones les plus développées du cerveau concernent les réactions et instincts primitifs. Il est donc en proie à de vives émotions contrôlées par le système limbique : accès de colère, crises de larmes, peur, angoisse de séparation, etc… Lorsqu’un flux émotionnel le submerge et il ne peut le gérer seul, étant donné que le préfrontal (cortex) n’est pas encore développé.

Vers 1 an, le cerveau de l’enfant a déjà atteint les 2/3 de la taille d’un cerveau adulte. Grâce à la maturation du cortex préfrontal et à la multiplication des circuits neuronaux dans cette zone, l’enfant acquiert de nouvelles habiletés. Cette organisation se poursuivra jusqu’à la fin de son adolescence. Le cortex préfrontal est le siège des fonctions exécutives. Ces fonctions non spécifiques interviennent dans les comportements dirigés, autonomes et adaptés. Elles comprennent entre autre l’anticipation, la planification, l’organisation, la résolution de problème, le raisonnement logique, le contrôle cognitif, la pensée abstraite, l’apprentissage de règles, l’attention sélective, l’initiative, etc. C’est par le jeu qu’il acquiert les connaissances les plus importantes, telles que les compétences intellectuelles, sociales, physiques et affectives. Pendant que l’enfant découvre le monde, il développe également sa mémoire. Il enregistre de nouvelles habiletés, ce que l’on appelle la mémoire procédurale, de même que des informations plus spécifiques (un objet, un visage, un événement), ce que l’on appelle la mémoire épisodique. Il faudra plus de 15 ans pour que le cerveau arrive à maturité notamment le cortex préfrontal et certains noyaux gris centraux.

 

 

 

 

LA PLASTICITE NEURONALE


(ou neurones) qui communiquent entre elles par des jonctions particulières appelées synapses. Ce sont ces synapses qui augmentent leur efficacité suite à un apprentissage, facilitant ainsi le passage de l'influx nerveux dans un circuit particulier.

« Nos neurones sont un peu comme une forêt où l'on fait circuler de l'information. A force de prendre le même chemin dans une forêt, il se crée un sentier. Et ce sentier est d'autant plus facile à trouver qu'il s'est profondément creusé à force d'y passer. Et c'est la même chose pour nos souvenirs: plus on les repasse dans notre tête, plus ils se gravent profondément dans nos connexions nerveuses. »

 



10/02/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1398 autres membres