Espace de Thérapies Emotionnelles

Espace de Thérapies  Emotionnelles

Vaincre la timidité

Définition du Larousse

 

La timidité :

  • Manque d'assurance, de hardiesse dans ses rapports avec autrui :Surmonter sa timidité.
  • Manque d'audace dans une action, une réalisation : Architecture d'une grande timidité.

espace de thérapies émotionnelles nicole pierret la timidité.JPG
 

 

Chez l'humain, la timidité désigne une forte réserve, un repli sur soi, une gêne intense, voire un sentiment d’insécurité , que certaines personnes expérimentent lorsqu'elles se trouvent au contact de leurs semblables, qu'elles parlent à d'autres personnes, leur demandent des faveurs, etc. Ce trouble du comportement peut se manifester dès la petite enfance et se poursuivre à l'âge adulte. Doutant de lui-même, le timide, sans que cela ait un rapport avec la réalité de ses moyens, les perd dès qu'il est hors de son milieu familier, croit tous les regards fixés sur lui quand il est dans un lieu public, a du mal à communiquer. Lorsqu'elle apparaît à la puberté, cette timidité traduit la difficulté de s'adapter aux modifications du corps, à la peur que les autres surprennent les nouveaux désirs sexuels. Quand elle est très accentuée et qu’elle n’est pas surmontée grâce à une psychothérapie, elle peut handicaper sérieusement les études, la vie amoureuse, sociale et professionnelle. Elle conduit aussi parfois à se réfugier dans une solitude douloureuse ou encore à recourir à l’alcool ou aux drogues facilitant artificiellement la relation avec les autres.

La timidité se manifeste le plus souvent dans une situation non familière. Comme de nombreuses personnes timides évitent ces situations pour ne pas se sentir mal à l'aise, la situation reste étrangère, et donc la timidité se perpétue. Cependant, l'élément déclencheur est variable. Quelquefois, la timidité semble tirer son origine d'une réaction anxieuse physique. Chez d'autres personnes, la timidité se développerait d'abord, causant plus tard des symptômes physiques d'anxiété et de mal à l'aise.

Cependant, il a également été prouvé qu'un caractère plus ou moins introverti provient aussi du milieu dans lequel l'enfant a été élevé, et pas seulement de ses gènes. Un enfant timide face aux personnes inconnues, par exemple, peut finalement perdre ce trait par la suite.

Les timides ne ressentent pas forcément le même degré de timidité envers toutes les personnes. Par exemple, on peut être un boute en train avec ses amis. Un acteur peut faire montre de présence et d'audace sur scène et se révéler timide lors d'une interview.

Les personnes timides tendent à percevoir leur propre timidité comme un défaut, et nombre d'entre eux sont mal à l'aise du fait de leur timidité, d'autant plus dans des cultures accordant une place importante à l'individualisme et à la prise de responsabilités. Mais d'autre part, beaucoup de personnes timides sont perçues comme des oreilles attentives, et réfléchissent davantage avant de parler. De plus, la hardiesse, opposée de la timidité, a aussi ses propres problèmes, comme l'impertinence, et des comportements inappropriés. Cela s'applique également à l'audace feinte, comme compensation de la timidité.

Timidité n'est pas synonyme d'introversion. Les personnes introverties choisissent d'éviter les situations sociales parce qu'elles n'en retirent aucun bénéfice pour elles-mêmes, et peuvent se sentir submergées par un trop plein de stimulis sensoriels. Les personnes timides craignent ces situations et pensent qu'elles se doivent de les éviter.

La timidité génère une souffrance psychologique . En effet, la personne peut parfaitement mesurer son handicap mais ne trouve pas de solutions pour le résoudre. De plus, elle analyse son comportement et mesure avec précision les difficultés sociales que cela déclenche. C'est une caractéristique humaine difficile à résoudre et qui a un rôle plus dévastateur que constructif.

La phobie sociale (ou anxiété sociale) est caractérisée par une anxiété provoquée par certaines situations sociales ou de performance, conduisant souvent à un comportement d'évitement. 

Voici les critères pour le diagnostic de la phobie sociale (pour l'adulte) selon le DSM-IV : 

A. Une peur persistante et intense d'une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles la personne est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposée à l'éventuelle observation attentive d'autrui.

La personne craint d'agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante.

B. L'exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d'une Attaque de panique (voir la question fréquente : Qu'est-ce qu'une attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation. 

C. La personne reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur. 

D. Les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses.

E. L'évitement, l'anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situations(s) redoutée(s) sociale(s) ou de performance perturbent , de façon importante, les habitudes de l'individu, ses activités professionnelles (ou scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d'avoir cette phobie s'accompagne d'un sentiment de souffrance important. 

F. Pour les personnes de moins de 18 ans, on ne porte le diagnostic que si la durée est d'au moins 6 mois. 

G. La peur ou le comportement d'évitement n'est pas lié aux effets physiologiques directs d'une substance ni à une affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (ex. le trouble panique avec ou sans agoraphobie). 

H. Si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite en A est indépendante de ces troubles; par exemple, la personne ne redoute pas de bégayer, etc.. 

I. La peur de rougir en public (éreutophobie et érythrophobie) est une forme de phobie sociale. 

J. La personnalité évitante partage un certain nombre de caractéristiques avec la phobie sociale. Pour les sujets ayant une phobie sociale généralisée, le diagnostic additionnel de personnalité évitante doit être envisagé.

 

 

AUDIO MP3 SUBLIMINAL VAINCRE LA TIMIDITE

Les messages de cet audio vont vous permettre de vous sentir à l'aise en toute situation et avec qui que ce soit. Vous allez développer une assurance et une prestance en public. Vous allez développer votre confiance et votre force intérieures en toute circonstance chaque jour davantage. Il sera difficile de vous destabiliser. Bonne écoute !

 



10/02/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1398 autres membres